L’économie de l’échange sur Instagram

Une fois n’est pas coutume, c’est un article plutôt léger que je vous propose aujourd’hui… Sitôt écrit, sitôt publié. Je ne sais pas si des chercheurs se sont déjà penchés plus sérieusement sur ces aspects, mais je pense que le fonctionnement des échanges et « l’économie de la reconnaissance » sur Instagram pourraient s’avérer riches d’enseignements psychologiques et sociologiques. Nul doute qu’à défaut de porter spécifiquement là dessus, des travaux existent déjà qui intègrent des analyses de ce réseau — Google scholar me le confirme à l’instant après avoir tapé quelques mots clés. Le premier résultat en tapant « Instagram » nous propose ainsi une étude de 2014 dont une des conclusions est l’absence de lien direct entre le type de photo postée et le nombre de followers (vous m’en direz tant). Une autre étude parue en 2016 s’intéresse cette fois aux motivations qui conduisent des étudiants à utiliser Instagram. Les motivations principales sont les suivantes : avoir des nouvelles de ses amis ou contacts et se tenir à jour, apprendre/ se documenter, utiliser le réseau pour des activités créatives… et pour le côté « cool ». L’étude montre aussi que les étudiants ayant une forte activité sociale (voyages, soirées chez des amis, évènements divers) l’utilisent davantage pour se documenter, découvrir des choses, et ceux qui l’utilisent « to be cool » davantage pour se tenir au courant, surveiller ce qui se passe chez les autres. Rien d’aussi formel par ici, et certainement pas de prétention scientifique ! Autant dire que cela n’est pas à prendre trop au sérieux…


Quel utilisateur êtes-vous ? Petite typologie non exhaustive des comptes Instagram

 

Le compte vitrine : Généralement un compte pro, le compte vitrine a énormément de followers, mais ne suit quasiment aucun autre compte. Il échange d’ailleurs très peu, répond tout au plus aux interpellations, ne commente et ne visite que très rarement d’autres utilisateurs. Son objectif est la visibilité tout en y consacrant le moins de temps possible, qu’il s’agisse d’artistes connus, de mannequins, ou de comptes commerciaux qui mettent surtout leurs produits en valeurs (attention tous les comptes pro ne font pas forcément ce choix là…)

Le compte populaire qui ne suit que quelques lucky few : S’il peut paraître proche du précédent, la tendance est moins marquée, il s’agit moins souvent de comptes professionnels et surtout ce type de compte ne fait pas forcément une croix sur les interactions. Simplement, pour différentes raisons, ils tiennent à garder un petit nombre d’abonnements : seulement des comptes qu’ils connaissent très bien ou admirent beaucoup, ou uniquement des comptes autour d’une thématique précise par exemple. Il peut aussi s’agir de pages qui ont acquis une notoriété assez soudaine et n’ont pas cherché systématiquement à savoir qui les suivait (il est vrai que cela prend du temps !). Les abonnés ne sont pas forcément ignorés pour autant lorsqu’ils commentent, mais n’ont que peu de chance de voir leurs photos consultées et commentées, encore moins d’être suivis en retour.

Le compte « accro aux échanges » : Très actif sur Instagram, ce type d’utilisateur.trice est toujours en train de commenter ici et là et adore découvrir de nouveaux comptes. Son nombre d’abonnements gonfle rapidement sans même qu’il.elle s’en rende compte ! Mais puisqu’il.elle aime et commente régulièrement et discute avec de nombreux autres utilisateurs, on le reconnaît généralement à son relatif équilibre entre le nombre de personnes qui le suivent et le nombre de comptes suivis (ce n’est pas infaillible : cet équilibre peut aussi être dû à une pratique intensive du « je te suis uniquement parce que tu me suis et je suis plein de monde pour qu’ils fassent pareil« ).

Le compte admirateur : Celui là est l’inverse exact du compte vitrine, celui sans lequel les deux premiers n’existeraient peut-être pas… Il ne poste pas tant que ça  voire très peu mais suit plein de jolis comptes, connus ou non. Dans certains cas ce profil confine parfois au compte fantôme, uniquement créé pour avoir des nouvelles d’amis ou de membres de la famille, suivre des pages spécifiques, profiter de tutos en ligne, etc.

Le compte « ma petite vie » : souvent un compte privé, beaucoup de photos du quotidien, des enfants, sans prétention artistique. Parfois une variante du compte admirateur, parfois cherche volontairement à garder un petit nombre d’abonnés et d’abonnements

ET EN BONUS… Le compte aux 9000 abonnés et 6000 abonnements et qui passe son temps à Follow/Unfollow : en un mot, les relous d’Instagram.

Du sens donné aux follow, unfollow, et autres follow back

Le vocabulaire autour d’Instagram (mais aussi de Twitter par exemple) est très codifié. Pour qui débarque dans ce monde il faut des semaines, des mois parfois d’apprentissage pour comprendre le langage et le fonctionnement de l’espace ! Les échanges sur ces plateformes et surtout les critères qui conduisent à suivre ou non quelqu’un ne sont souvent pas moins codifiés… Les codes varient cependant un peu d’une personne à l’autre et selon les profils d’utilisateurs : certains ont le follow-back quasi systématique, d’autres très rares , certains trient leurs abonnements régulièrement, d’autres jamais…  On se croirait parfois dans une sorte de jeu de rôle avec des appels muets. Un exemple : quelqu’un vient, aime quelques photos voire même en commente, mais ne s’abonne pas. Par curiosité, vous allez sur sa page, appréciez des photos, commentez. Il s’abonne. Vous vous abonnez en retour. Le deal muet est passé. Cela me fait sourire, mais ces comportements se rapprochent finalement d’une logique de don-contre don assez classique. Je fais un pas vers toi, tu fais un pas vers moi, si chacun est prêt à donner un peu, nous nous serrons la main et continuons à nous fréquenter mutuellement.

Qu’est-ce qui nous pousse à suivre ou non quelqu’un ? Se pencher là dessus peut rapidement devenir très intéressant, car cela est susceptible d’en dire long sur notre fonctionnement (en tout cas sur les réseaux sociaux, car je ne pars pas du principe que nos choix sur Instagram résument notre personnalité !). Cherche-t-on avant tout à échanger, ou donne-t-on la priorité aux comptes possédant la plus belle esthétique… ou un peu des deux ? De mon côté je coupe la poire en deux : je vais parfois suivre des personnes avant tout pour ce qu’elles disent, parfois avant tout pour leurs images. Mais c’est surtout leur volonté ou non d’échanger qui fait généralement la différence.

L’aspect intéressant d’Instagram réside pour moi dans le fait qu’à l’exception des comptes professionnels, il s’agit avant tout d’une économie de la reconnaissance. Nous n’avons initialement rien à y gagner matériellement, rien d’autre que le fait de voir de petits efforts reconnus, des personnes aimer nos photographies et/ou leurs légendes, rien d’autre que le fait d’apprendre et d’échanger. Bien sûr, la tentation est grande de développer une activité professionnelle ou semi-professionnelle lorsqu’on commence à acquérir une certaine notoriété. Surtout si notre compte Instagram était déjà relié à un site ou un blog qui nous tenait à coeur… Le basculement entre l’amateur et le professionnel sur les réseaux sociaux comme sur la blogosphère est à cet éagrd assez flou, d’autant que de nombreuses situations se situent à mi-chemin : on y gagne un peu mais jamais assez pour en vivre entièrement, ce n’est pas notre activité principale mais elle sert de relais et peut nous donner un coup de pouce, etc.

Relativiser l’importance de notre présence sur Instagram

À quel point accorde-t-on de l’importance à Instagram, ses algorithmes, son nombre d’abonnés…? Cette réponse varie déjà nécessairement selon qu’il s’agisse ou non d’un compte professionnel. Les enjeux ne sont pas les mêmes, et les petits artisans et créateurs qui misent beaucoup voire essentiellement sur leurs réseaux sociaux doivent forcément s’angoisser  plus que Coca-Cola ou H&M ! Cependant, même pour les comptes amateurs, je constate que ces aspects deviennent parfois de vrais sujets de préoccupations. Ainsi la mise à jour récente de l’algorithme a créé de vraies frustrations et des discussions récurrentes alors même que de mon côté, je ne notais qu’une différence assez marginale. Cela pouvait tracasser certaines personnes au point qu’elles disent n’y prendre plus de plaisir, mais venir quand-même par habitude, parce que certains comptes leur plaisent, parce qu’on leur demande de ne pas partir…

Je ne juge absolument pas ces réactions, on a tous une sensibilité différente, un engagement différent dans les activités dans lesquelles on se lance. Mais je trouve ça extrêmement dommage, cela m’attriste de lire autant de doutes, de rancoeurs, de frustrations, pour des questions de photos plus ou moins visibles. Je pense qu’on devrait tous et toutes se demander quelle place occupe dans notre vie quotidienne notre « notoriété » sur un tel réseau. Et peut-être lever le pied si on se rend compte que notre présence sur Instagram a des conséquences sur notre état d’esprit, ou prend une place disproportionnée. Il faut que cela reste un plaisir, une distraction, et une possibilité d’échanges sympathiques… Pas une obligation que l’on planifie avec une rigueur professionnelle (je ne parle donc pas des comptes pour lesquels il y a des enjeux financiers), qui nous crée des angoisses, qui nous amène à nous désespérer parce que l’on perd des abonnés ! Et dans le fond, si on s’y amuse, que l’on aime créer et échanger, aucun drame n’est à prévoir… Généralement, il faut bien le dire, si la qualité est au rendez-vous et que l’on sait être courtois et s’intéresser aux autres, on a même toutes les chances de gagner en succès, lentement mais sûrement.


 Pour ma part, je pense faire partie des comptes « accro aux échanges » et aux découvertes… Je commente beaucoup, j’aime tomber sur une petite pépite photographique méconnue. En revanche, j’essaie de faire en sorte que cette utilisation reste légère et enrichissante, qu’elle ne soit jamais une source de préoccupation.

Et vous, comment utilisez-vous Instagram ? Vous reconnaissez-vous dans un profil, ou dans plusieurs ?

 

Publicités

32 réflexions sur “L’économie de l’échange sur Instagram

  1. J’ai ouvert mon compte Instagram il y a moins d’un an (en avril-mai dernier il me semble)… Et en lisant ton article, je réalise que je n’y connais encore pas grand-chose, que je suis complètement naïve concernant certains codes d’Instagram ! Personnellement, j’utilise cette application pour deux raisons : c’est d’abord un petit prolongement de mon blog. J’avais de plus en plus envie de partager des petits bouts de ma vie, de mes découvertes et de mes réflexions auxquels je n’avais pas forcément le temps de consacrer des articles. J’avais aussi envie de suivre certaines personnes… mais pour qu’un compte m’intéresse, il faut que je « connaisse » un peu la personne derrière ; au début, je me suis abonnée à certains comptes parce que je trouvais leurs images très belles, leurs partages intéressants… Mais j’ai vite réalisé que le fait de ne rien savoir sur ces personnes m’empêchait d’apprécier vraiment leurs partages. Je suis donc essentiellement des blogueuses que je lis depuis un moment. Par ailleurs, il faut vraiment que le compte Instagram apporte quelque chose en plus qu’il n’y a pas sur le blog pour qu’il m’intéresse (c’est pour ça que je suis très peu de comptes Insta de blogs culinaires par exemple) et que le contenu des posts soit un minimum intéressant et ne soit pas juste une ribambelle d’images qui disent « regarde ma vie comme elle est belle ». Enfin, il est certain que je suis très peu de blogs comparé à mon nombre de « followers » – parce que peu de comptes m’intéressent vraiment d’une part, mais aussi et surtout parce que je veux pouvoir les suivre d’assez près… et au-delà d’un certain nombre d’abonnements, je doute qu’on puisse vraiment voir et apprécier le contenu de tous les comptes suivis. Du coup, je fais aussi partie de ces personnes qui ne vont jamais voir les comptes des gens qui s’abonnent au mien… sauf si leur nom me dit quelque chose. Ah et dernière chose – il y a aussi des comptes que je suis de loin, sans y être abonnée – je ne m’y abonne pas, parce que la plupart du temps, leur contenu ne m’intéresse pas (voire m’agace), mais de temps en temps, il y a des choses intéressantes. Alors quand j’y pense, je vais simplement jeter un oeil à leur compte et laisser un like ici ou là. Voilà, tu sais tout de mon rapport à Instagram 🙂

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton partage ! Oui c’est un univers à part entière, et c’est fascinant de constater à quel point on peut y chercher des choses différentes. Je suis très curieuse donc j’ai tendance à aller voir très souvent les comptes qui arrivent sur le mien et commentent, en revanche effectivement je me suis désabonnée de pas mal de comptes qui étaient beaux mais sans âme ou en tout cas, dont je ne profitais pas car je ne les connaissais pas réellement, et que finalement je n’échangeais pas avec. Comme toi, par contre, il y a des blogs que je vais voir très ponctuellement (comme les blogs cuisine, que je suis beaucoup moins qu’avant effectivement !). C’est aussi lié au fait que je suis sur différentes plateformes, et selon les cas suivre directement un blog ou une page facebook me suffit. Tu as raisons sur le nombre d’abonnements, on finit par rater des choses c’est évident… et malgré ça j’ai du mal à réduire car je trouve qu’il y a une foule de photographes talentueux ! Heureusement Instagram, malgré ses aspects agaçants, repère aussi les gens qui échangent beaucoup donc je ne rate pas l’essentiel (par exemple je ne rate quasi aucune de tes photos héhé).

      Aimé par 1 personne

  2. J’aime beaucoup cet article et je trouve tes observations très justes. Je suis accro aux échanges sur Instagram, parce que j’aime ça et parce que j’ai toujours peur de passer pour ingrate. Quand on commente chez moi, j’essaie de commenter systématiquement en retour chez les autres. Je suis pas mal de monde, car quand je vois des jolis comptes, je me dis « pourquoi leur refuserais-je mon abonnement ? » Bref, j’essaie de ne pas être cynique, et de perpétuer l’idée d’un réseau SOCIAL 😉 pas juste d’une vitrine à selfie et autogratulation sans aucun échange….

    Aimé par 2 personnes

    1. Je fonctionne de la même façon ! Mais après je conçois très bien que certain.e.s n’aient pas envie d’y passer trop de temps et se contentent de répondre sans forcément parcourir toutes les pages…

      J'aime

    2. Merci pour ton mot, ça m’a amusé pour une fois de publier quelque chose de plus léger. Et en même temps je suis quand-même allée voir s’il y avait des publications sérieuses sur le sujet aha, on ne se refait pas

      J'aime

  3. J’ai ouvert mon compte Instagram il y a moins d’un an, et je me dis que je n’y connais pas grand chose. J’utilise l’application, déjà pour mon blog. Partager des moment de ma vie, mes découvertes… Suivre des personnes dont je lis les blogs depuis quelques temps.

    Aimé par 1 personne

  4. Bel article réflexion !
    Je me reconnais bien dans le portrait accro aux échanges et dès mon inscription j’ai trouvé génial cet échange que l’on pouvait trouver ici ! Mais j’avoue qu’en ce moment instagram me lisse un peu perplexe, car je commence à me rendre compte de l’aspect très intéressé de certains comptes que je n’imaginais pas comme ça au début ou comme tu dis de ces gens qui sont agacés parce qu’on ne voit plus leurs photos autant qu’avant. Je suis triste de voir que certains ne sont là que pour atteindre des objectifs. Peu à peu j’ai aussi envie de faire un tri des comptes que je suis pour être plus en phase avec ce que j’aime réellement (par exemple les comptes pro aux photos ultra parfaites ne m’interessent plus du tout) et avec les personnes qui se cachent derrière les comptes. Parfois j’ai juste envie d’oublier Instagram aussi je crois.. je me pose en tout cas comme toi beaucoup de questions ! Ton article relance ma réflexion ☺️

    Aimé par 1 personne

  5. Un article intéressant et très pertinent… J’ai eu du mal à me partager ebtre Facebook et instagram au début et finalement j’y ai découverts de chouettes personnes…
    Après c’est sûr que pour le blog c’est indispensable mais j’ essaye d’y être avec parcimonie, les réseaux sociaux (de plus en pouplus nombreux en plus sont tellement chronophages si on ne fait pas attention…)
    J’aime y flâner quotidiennement pour me détendre et découvrir de belles photos et personnalités nouvelles.

    Sabine

    J'aime

    1. Merci à toi ! Effectivement au début j’étais très dispersée aussi et puis il y a eu un clair report de mon temps vers Instagram plutôt que Facebook ou Twitter (ces derniers me stressaient davantage, plus de débats dont on n’arrive pas à sortir, d’interpellation etc)

      J'aime

  6. Merci pour cette excellente analyse. Je me reconnais dans les profils « accro aux échanges » et « ma petite vie ». J’aime Instagram quand ce réseau social me fait découvrir de belles personnalités, qu’il permet d’engager des discussions avec des gens vers qui je n’irais pas forcément d’habitude. Il me permet de garder le contact avec ma famille et mes amis qui sont loin, aussi. Après, je n’irai pas me damner pour autant. Si j’ai développé ma présence sur IG et Facebook, c’est essentiellement pour avoir des supports de partage pour mes articles. C’est pour essayer, tant bien que mal, de me donner de la visibilité. Dès que je sens que ça devient trop invasif, je lève systématiquement le pied, pour ne pas que ça devienne une corvée. Je te rejoins totalement sur ce point: ça doit rester un plaisir ludique (quand on en vit pas en tout cas). Après, je reste quand même très partagée, tu m’as d’ailleurs fait beaucoup rire avec « les relous d’Instagram » qui s’abonnent pour se désabonner immédiatement (sérieux, c’est quoi le but ?? 🙂 )…J’ai aussi un peu de mal avec les gens qui « scénarisent » trop leur vie (photos ultra parfaites, légendes hyper convenues), c’est comme avec les blogs archi-sponsorisés, je m’emmerde vite 😉 Mais au final, chacun son style. Je m’interroge souvent à propos de notre rapport aux réseaux sociaux et ton article me fait réfléchir. Encore merci et très belle semaine à toi !

    Aimé par 1 personne

    1. Héhé il y a des comptes qui s’abonnent juste pour que tu t’abonnes en retour et ensuite paf ils se désabonnent (des fois c’est carrément des programmes automatiques), soit parce que tu ne t’es pas abonnée, soit au bout d’un certain temps… Donc le but c’est de gonfler artificiellement sa page, mais c’est assez navrant. Merci à toi passe une belle journée !

      Aimé par 1 personne

  7. Je découvre Instagram depuis à peine 1 mois 1/2 et je préfère déjà ce réseau social à facebook, pour une raison que j’ignore encore. Je pense être plutôt comme toi, grande commentatrice des photos et curieuse des légendes des autres, j’aime les échanges que cela provoque et les rencontres et découvertes inopinées. Grâce à Instagram, je suis également de nouveaux blogs de voyage, de cuisine, de photos, que j’aurais peut-être mis beaucoup plus de temps à découvrir autrement.

    je ne connais rien aux algorithmes auxquels tu fais référence mais je me doute qu’il y en a tout plein, comme sur facebook…
    j’adore pouvoir flâner et rêver grâce aux photos des autres et en suis régulièrement grandement inspirée…

    A nous toujours de savoir utiliser ces réseaux sans qu’ils empiètent trop sur nos limites personnelles…

    Belles découvertes instagrammatiques!

    Jul’

    Aimé par 1 personne

    1. Merci pour ton retour ! J’ai aussi en partie désinvesti facebook, je pense que ça peut être dû au fait que les échanges sont souvent plus sereins sur Instagram, les échanges moins polémiques… bref c’est un vrai moment de pause, de détente, ce que n’est pas toujours facebook (bon ça dépend évidemment de l’usage que l’on fait de l’un et de l’autre !). Belle soirée !

      J'aime

  8. Je suis toujours fascinée par tes analyses que je trouve chaque fois ultra pertinentes et tellement bien écrites. En ce qui me concerne, je suis des comptes dont je trouve le travail fascinant et des comptes de copains, de blogueuses dont j’aime le travail aussi bien entendu. J’ai ris quand j’ai lu ton passage sur l’accord tacite d’abonnement mutuel. J’ai déjà vécu plusieurs fois cette situation. C’est brillamment expliqué ! A très vite !

    J'aime

  9. Ah je me reconnais assez bien dans certaines choses que tu as écrites ! Pendant longtemps je me suis cantonnée au rôle de la pure admiratrice, je n’avais pas l’application sur mon portable et je collectionnais les liens des comptes qui me plaisaient (et ceux de mes amis) dans un dossier favori de mon navigateur sur ordinateur. J’aimais regarder les photo sur grand écran, prendre le temps de lire les légendes et apprécier les comptes dans leur ensemble.

    J’ai eu envie de passer le cap moi aussi et de commencer à poster les photos qui me plaisaient. Et puis avec un déménagement en Guyane ça devenait un moyen facile de faire partager des choses à mes proches restés en métropole.

    J’ai sauté le pas récemment avec un compte totalement indépendant de mon blog dans l’idée que je pourrais moi aussi devenir une « accro aux échanges », mais ma réserve naturelle a finalement pris le dessus. J’ai le like assez facile je crois, mais je n’arrive pas à laisser de commentaire. J’ai toujours le sentiment que je n’ai rien de pertinent à dire et qu’un simple « j’aime tes photos » est vraiment trop creux. Et je te laisse imaginer la panique quand je surmonte le truc pour laisser un commentaire, que la personne répond et que je dois m’engager dans une conversation.😂

    D’ailleurs j’étais passée totalement à côté de ces interactions muettes que tu décris, je suppose qu’il me manque les codes. Je sais que les réseaux sociaux ont cette image de « facilité » dans les échanges, mais je n’ai pas l’impression que ce soit si détaché que ça des difficultés qu’on peut avoir dans la vie de tous jours si on n’est pas à l’aise socialement. En bref un univers un peu à part, mais pas si marginal malgré tout !

    Quoiqu’il en soit ce « petit article léger » est drôlement intéressant et change un peu des articles à propos d’Instagram que j’ai pu croiser sur Hellocoton.

    J'aime

  10. Je me reconnais dans le compte admirateur. Au début, je ne postais rien sur mon insta, et je suivais principalement des comptes qui m’inspiraient. Maintenant, je poste également des choses en lien avec mon blog, et j’espère pouvoir inspirer quelques personnes 🙂

    Je suis souvent sur instagram mais j’ai désactivé les notifications car je ne souhaite pas voir Insta passer avant ma vraie vie.

    Aimé par 1 personne

    1. Oui j’ai désactivé tout ça aussi, j’ai envie de pouvoir y aller seulement quand j’en ai envie sans que quelque chose m’y appelle !

      J'aime

  11. Ton article est une analyse bien fine des divers comportements sur Instagram. Bravo pour ta clairvoyance et ta capacité à rester totalement impartiale ! Je fais partie de ces gens qui sont là pour les échanges mais aussi pour s’évader. La façon de s’évader dépend du moment : soit par des belles photos, soit par des illustrations mais toujours par du texte. Je n’arrive pas à suivre des comptes sans légendes et juste avec une ribambelle de # ou juste avec un lieu inscrit. Il faut que ça aille au-delà car sinon j’ai l’impression d’aller à une expo.
    Les stratégies de progression sur Instagram me blessent car quand je communique avec quelqu’un ce n’est pas par intérêt. Je suis entière et je commente les comptes qui me plaisent et ne dit rien puis me désabonne de ceux qui me laissent de marbre. Ca peut être autant des petits comptes que des gros. D’ailleurs actuellement je suis plus dans la quête d’authenticité des petits comptes, même si les photos sont moins parfaites !
    Mais je dois être une instagrameuse un peu pourrie car je ne publie pas pour le moment mes plus beaux clichés. Je les garde comme des petits trésors. Je publie depuis un an sur des choses qui ne sont pas à la mode ou peu connues car pas « exotiques » !
    Et je m’en fiche, j’y prends plaisir !
    Bref, merci pour ton article. Il m’a fait cogiter et remettre les priorités à leur place. On a besoin de piqûres de rappel des fois…

    Aimé par 1 personne

    1. Oh je ne pense pas être impartiale mais j’essaie d’être sincère par contre ! Je te rejoins complètement, je préfère des photos moins lissées mais qui nous disent vraiment quelque chose. (et merci à toi pour tes mots)

      J'aime

  12. Encore un article plein de bon sens et bien différent de ceux qu’on a pu voir sur la blogosphère à gros titre (algorithme, algorithme et encore algorithme).
    Je n’ai jamais été très sociale en ligne (on va dire les choses comme ça). Je me rappelle que j’ai trainé les pieds pour ouvrir un premier compte Facebook perso à la demande de mes amis pour ensuite le supprimer 3 ans plus tard.
    Quand j’ai ouvert mon premier blog, je lisais partout que c’était indispensable d’être présent sur les réseaux sociaux pour les besoins du blog.
    Et c’est ce que j’ai fait.
    J’ai découvert toutes ces pratiques que tu décris dans ton article : follow back, unfollow, etc
    Cela m’a agacé. J’ai fermé le blog et tous les RS qui y étaient affiliés.
    J’en ai profité pour réfléchir à tout cela. Et je me suis rendue compte que j’en faisais tout un fromage pour pas grand chose.
    J’ai ouvert un nouveau blog et de nouveaux RS.
    Je dois avouer que l’envie d’être reconnue pour son implication et ses efforts étaient très forte au début. Au point d’user de tous les stratagèmes possibles pour gagner en like et en abonnés.
    Nouvelle remise en question et j’arrive à la conclusion que ça ne sert pas à grand chose (après tout ce n’est pas comme si mon nombre d’abonnés se transformaait en billets de banque … enfin dans mon cas ahah).
    Aujourd’hui je dirai que je fais parti des comptes admirateurs.
    Je prends beaucoup de plaisir à photographier et à partager mes photographies.
    J’ai un peu de mal avec les échanges car j’ai l’impression que la sincérité a déserté les RS mais je m’y remet petit à petit.
    D’ailleurs si tu as des comptes à me recommander je suis preneuse.
    Merci pour cette réflexion qui nous pousse à dédramatiser un petit peu 😉

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup pour ton partage d’expérience !! Je comprends tout à fait cette sensation, je pense que je n’ai pas eu ce rejet des réseaux sociaux parce que j’y ai toujours trouvé quelque chose que je cherchais à un moment donné, mais par contre j’ai tendance à migrer d’un RS à l’autre… J’avais délaissé en partie facebook pour twitter, sur lequel je vais plus rarement aujourd’hui, et maintenant je suis beaucoup sur instagram. Mon objectif de l’année est d’aller moins sur les trois mais de les utiliser mieux en gros ^^ ! Dans les comptes instagram vraiment chouettes et portés sur l’échange, en vrac : @sentiersdimages, @elan_dore, @life.love.vegan, @dreamingracoon, @beletterousse (je peux me tromper sur les identifiants exacts) .. vraiment au pif et à la louche car il y en a beaucoup finalement 🙂 J’en partage régulièrement sur mes story. Oh et puis il y a les mots magnifiques de @marielucarne et @cequiestprecieux

      J'aime

  13. Moi je n’utilise pas Instagram. J’y étais avant, mais je postais peu et ne me connectais jamais. Je n’ai pas un grand besoin de ce qu’un sociologue a nommé « l’extimité », ce besoin, en gros, de mettre dans le public (y compris quand on parle avec des amis) des bouts de notre intimité pour les faire valider et enrichir cette intimité. En gros, je parle pas de ma vie. Je n’ai pas le réflexe de prendre une photo quand je vois une jolie chose, avec de jolies couleurs. Pourtant des fois je vais dans la rue, je me balade ou je reviens d’un trajet, et je m’arrête et je me dis « ça ferait une jolie photo » ou « ça ferait un joli tableau » (alors que je ne sais pas peindre xD), je regarde et c’est tout, des fois je fais un détour pour avoir une vue dégagée et mieux voir, puis ensuite je m’en vais, quand j’ai vu et que je suis contente d’avoir vu. Mais je n’ai pas ce réflexe de prendre une photo pour partager. Déjà la photo serait très loin de la beauté de la vérité. Et puis… je ne crois pas que ça soit parce que je vis le moment présent et que je profite, enfin peut-être un peu, mais je pense que c’est aussi parce que je veux le garder pour moi, comme un secret. Je pense que je sais voir le beau, une jolie lumière, une jolie ambiance, quand d’autres passent sans sembler y accorder la moindre attention, et j’aime ça, savoir voir le beau, marcher, sortir de mes pensées et me dire « ah, c’est beau ça… ». Mais je n’ai pas le réflexe de sortir mon appareil photo ou mon téléphone. Donc Instagram ce n’est pas trop pour moi. Puis il s’utilise beaucoup sur le téléphone aussi, or moi mon téléphone je peux le laisser dans un coin sans m’en préoccuper plus que ça. C’est aussi pour ça que j’ai pas continuer Twitter…

    Aimé par 1 personne

    1. Je comprends ce que tu veux dire… Moi les vrais moments d’intimité, je ne le fais pas et je ne pense pas le faire à l’avenir, tout au plus je vais dire où je me suis baladée. Mais c’est vrai que le fonctionnement du réseau nous pousse un peu à le faire. En revanche j’ai toujours été passionnée par la prise d’images, et à l’inverse ça finit par devenir parfois une forme d’addiction je pense (dans mon cas j’ai l’impression que ça va encore, mais n’empêche, quand sortir l’appareil te démange, il faut se demander si on profite vraiment du moment). Je crois aussi qu’il y a des personnes qui sont très douées pour capter le beau sans le partager forcément, et d’autres qui photographient à tour de bras en retouchant beaucoup derrière et dans une optique très « stratégique »… En tout cas, j’ai envie de me dire que c’est toi qui a raison, finalement 🙂

      J'aime

      1. Je ne sais pas si j’ai raison mais en tout cas ça me va comme ça ! A un moment j’ai essayé de me forcer à prendre en photo, y penser… mais ça ne me plaît pas. Je pense qu’il n’y a pas de bonne solution : la bonne solution c’est celle qui nous satisfait pleinement ! (que c’est cliché comme phrase… xD)

        Aimé par 1 personne

  14. Heureuse de découvrir ton blog, j’adore ! Ta façon d’écrire est super agréable 🙂

    J’avais eu énormement de comptes instagram… Tu pourrais citer la catégorie des gens bizarres qui changent tout le temps de compte, c’est comme un toc un peu !
    En tout cas j’utilisais cette plateforme pour découvrir de nouvelles personnes inspirantes et cela a vraiment changé pas mal d’aspects dans ma vie, de façon positive ! Je ne suis pas les stars hollywoodienne mais des comptes comme : Koi Fresco, Jean Laval, Matthieu Ricard, etc etc…
    Je vais en créer un nouveau pour mon anniversaire, cette fois ci ce sera pour partager aussi des chsoes intéressantes et resuivre les personnes que j’aime bien !

    Aimé par 1 personne

    1. Merci beaucoup ! Je n’avais pas pensé à cette catégorie aha, c’est vrai qu’il y a aussi des personnes qui changent de pseudo souvent, ou qui remettent leurs comptes à zéro… A bientôt sur Instagram alors

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s